European vending experience

0
144
Jean Yves Frantz Rédacteur en Chef suivez-moi sur Linkedin

Le monde du vending connait aujourd’hui des rebonds incroyables et chaque jour apporte son lot de nouvelles. Il y a moins d’un an, Selecta annonçait son rapprochement avec Pelican Rouge donnant naissance à un acteur de premier ordre en Europe. Le mois dernier, c’est Lyovel qui s’est fait avaler par JDE rapprochant le monde des opérateurs de celui des industriels suivant l’exemple de Coca-Cola qui lui aussi, ouvre des sociétés de gestion sur le café en Europe. Parallèlement, on a appris que CPI avait mis la main sur le suisse Microtronic fabricant de solutions de paiement Cashless complétant ainsi sa gamme de solutions de paiement et ancrant son activité dans le paiement openloop.

Il y a deux semaines, c’est encore Selecta qui annonçait son rapprochement avec Gruppo Argenta le numéro 2 de la gestion en Italie achevant la construction d’un acteur européen de premier ordre générant à terme 1,5 milliards de chiffre d’affaires. La profession bouge et accélère sa mutation. La concentration s’accélère d’une part tant au niveau des fabricants que des opérateurs si bien qu’on pourrait croire à raison, que les jeux sont faits. Il n’en est rien, au contraire. En effet, si la profession bouge c’est tout simplement parce que les consommateurs eux aussi ont évolué et demandent une autre expérience de consommation que par le passé. C’est le logiciel du consommateur qui induit une remise à jour des pratiques et une nouvelle étape pour la profession. Il y a 20 ans le café espresso et les snacks ont fait évolué le marché de la gestion. Aujourd’hui les phénomènes coffee-shop, snacking de proximité, associés à la révolution digitale commencent à impacter fortement les esprits et les modes de consommation. Le consommateur ne veut plus un mais des cafés, il s’attend à une attention particulière. De fait les professionnels doivent trouver une nouvelle façon de s’adresser à lui. Des géants se structurent pour globaliser le métier mais ils ne sont pas à l’abri de start-up plus agiles, ou de modes de consommation internationaux qui s’imposent. Il y a 20 ans Google était une start-up, Nokia était le numéro un de la téléphonie mobile et en un rien de temps les pratiques, les technologies ont changé la donne et c’est à chaque fois le consommateur qui fut le juge de paix ! La proximité est l’arme des opérateurs régionaux voire locaux et ils sont à même de venir mettre un grain de sable dans les mécaniques. Daltys n’est-il pas issu de 7 acteurs régionaux ? Nespresso ne s’est-il pas développé en marge de Nestlé ? Nous vivons en ce moment le début d’un nouveau cycle ou le vending se frotte à de nouveaux marchés et vice versa. La capitalisation de certains grands acteurs est phénoménale… de même que le poids de la dette dans leur structure. Le petit professionnel manque d’envergure quant à son financement et donc de surface d’action et pourtant il peut aussi faire aujourd’hui appel à de nouveaux moyens de financement. La messe n’est donc pas dite et mais ce qui est certain aujourd’hui c’est la volonté du marché de franchir un cap. Cela tombe bien, le marché du café dans son ensemble promet et peut aboutir à une montée en gamme pour celui qui joue la qualité et l’innovation

Jean-Yves Frantz – jy.frantz@me.com – follow me on Linkedin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here