Navsa reste en veille sur les sujets d’actualité

0
229

Matthieu Turpain Délégué Général NAVSA s’est prêté à un jeu de questions réponses avec Food&Coffee Markets. Face aux enjeux qui se profilent pour la profession, le syndicat professionnel NAVSA entend rester vigilant et travailler de manière quotidienne à la défense et l’information de ses adhérents. 

Matthieu Turpain, Délégué Général NAVSA

F&C Markets : Le rachat de Lyovel par un industriel a agité la « vendingsphère »
Matthieu Turpain :
C’est toujours une nouvelle quand un des grands intervenants d’un marché connait des mouvements dans son capital. Cela provoque toujours des commentaires et appelle à des analyses et des interprétations diverses. Il ne nous appartient pas en tant que syndicat professionnel de commenter les mouvements au sein de nos membres.

F&C Markets  : l’actualité reste aussi principalement liée au début du quinquennat et à une nouvelle magistrature. Comment interprétez-vous les différentes initiatives qui ont été annoncées par les pouvoirs publics ?
M.T. : Nous sommes aujourd’hui très attentifs aux annonces et aux premières mesures qui vont se mettre en place. La trêve estivale a été sujette à bon nombre de spéculations autour des ordonnances et de la modification de la loi Travail. Les prochaines semaines vont nous permettre de prendre réellement connaissance du contenu des ordonnances et de l’impact qu’elles peuvent avoir au quotidien pour les sociétés de gestion. Nous restons donc vigilants et travaillons à informer nos membres quant aux évolutions qui risquent de les concerner. Nous avons une veille permanente, afin de bien analyser le contenu des textes qui seront signés par décret. Par ailleurs, les débuts d’une nouvelle législature sont aussi une période délicate ou nos interlocuteurs changent non seulement au sein des différents ministères avec qui nous entretenons des contacts réguliers d’une part mais également vis-à-vis des parlementaires. La nouvelle Assemblée Nationale a vu l’arrivée de bon nombre de nouveaux députés, aussi devons-nous prendre le temps de les solliciter sur les enjeux de la profession, sur les sujets qui nous concernent et plus simplement d’apprendre à faire leur connaissance afin de construire des échanges professionnels et amicaux. Cela me paraît d’autant plus nécessaire que les prochaines semaines vont être consacrées au budget et peuvent voir apparaître ou réapparaître, des sujets épineux comme la taxe soda par exemple ou encore des sujets concernant la loi de transition énergétique. Nous restons donc prudents, attentifs et pour le moment circonspects sachant que des parlementaires en charge de certains sujets ont par le passé eu des positions très arrêtées et franchement défavorables aux intérêts de la distribution automatique. Nous demeurons attentifs et c’est un sujet dont s’est saisi le Président Albrieux de manière rapide et systématique. Navsa a pris les devants pour sensibiliser les nouveaux députés comme les députés réélus sur la réalité de la profession, sa mise en perspective et le concret d’une industrie qui représente plus de 15 000 emplois directs. C’est un travail de longue haleine mais qui à mon sens est nécessaire ce surtout dans un contexte ou certaines orientations peuvent être prises au sein du futur budget et se révéler défavorables pour nos membres. J’ai évoqué les ordonnances et de la loi travail, du budget mais nous sommes aussi concernés par des évolutions éventuelles de la loi de Santé Publique à moyen terme. La tenue des Etats Généraux de l’Alimentation lancée par le nouveau gouvernement peut faire évoluer les logiques nutritionnelles qui par le passé ont été synonymes de retrait de la DA dans certains endroits comme les écoles. Notre quotidien est aujourd’hui assez riche.

F&C Markets : Il y a aussi des sujets encore plus concrets comme la dématérialisation ou encore les logiciels de caisse.
M.T. : Ce sont en effets deux sujets qui peuvent impacter le quotidien des professionnels de manière très concrète. La dématérialisation des titres restaurants en distribution automatique est effective depuis le 7 juin dernier. La nouvelle Charte Modifiée est le fruit d’une longue négociation entre Navsa et la CNTR et permet d’aller plus loin dans l’acceptation des Titres Restaurant en DA qui je le rappelle peuvent être autorisés en DA pour peu que les professionnels déposent un dossier d’agrément.
Ce qui change concrètement concerne la liste des produits éligibles dans laquelle peuvent désormais entrer les boissons chaudes pour autant qu’elles soient associées à un menu. Les professionnels peuvent donc créer des offres « menu » avec des sandwichs, des boissons fraiches et une boisson chaude pour la valeur du titre restaurant. Cela peut de manière pratique se matérialiser par la distribution d’un jeton sur un des produits éligibles qui donnera accès à une boisson sur l’automate boissons chaudes. Cette liste de produits éligibles évolue tous les ans et nous conseillons aux professionnels d’en prendre connaissance et de s’y tenir. L’autre évolution concerne les transferts de monnaie électronique qui interdisent tout transfert de la valeur d’un titre restaurant vers un autre support électronique. Les titres papiers qui sont déjà acceptés bénéficient quant à eux d’une procédure d’invalidation à la collecte et non plus lors du paiement ce qui signifie un gain de temps pour tous. NAVSA s’est beaucoup investi pour arriver à cette signature qui permet à la profession d’accéder de manière encore plus pratique au bénéfice des titres restaurant. La CNTR quant à elle avait aussi intérêt à faire évoluer les modalités compte tenu du fait que l’acceptation des titres restaurant dématérialisés peut être accélérée par les distributeurs automatiques. Il convenait néanmoins que cette négociation soit aussi profitable aux professionnels que nous représentons.
La dématérialisation des paiements induit aussi de nouvelles obligations à partir du 1er janvier 2018. En effet pour rappel la loi de Finances 2015 a imposé l’obligation pour tout assujetti à la TVA, d’avoir recours à un logiciel de caisse certifié par l’Etat ou le cas échéant par l’éditeur de logiciel. Aujourd’hui l’obligation s’est restreinte au logiciel d’encaissement. Cette simplification concerne donc la prochaine loi de Finance. NAVSA a donc pris l’initiative de réunir les principaux acteurs de la monétique et les éditeurs de logiciels d’une part et de consulter ses juristes pour éclaircir les obligations de la profession qui utilise des modules de caisses dans leurs ERP ou des périphériques cashless ou tiennent encore des informations de caisse papier comme l’instruction fiscale l’autorise. Nous allons de fait pouvoir transmettre nos préconisations à nos adhérents de manière simple, explicative et concrète.

F&C Markets : La rentrée au final est plus que chargée ?
M.T. : Les sujets sont nombreux car la profession est aujourd’hui confrontée à des problématiques environnementales, économiques et fiscales, d’équilibre nutritionnel et plus largement de sécurité alimentaire. NAVSA doit donc assurer une veille sur tous ces sujets, analyser et ne pas tomber dans une logique de communication immédiate. Par ailleurs notre travail reste de défendre les professionnels et d’informer nos adhérents. Cela passe aussi par des échanges permanents avec les institutionnels, des prises de contact avec les ministères dont notre activité relève. C’est un investissement que le Président Albrieux conduit afin de nous soutenir dans nos démarches. Il convient aujourd’hui de comprendre que les enjeux sont importants pour la profession. Il ne faut pas être alarmiste mais il convient d’être très vigilants sur bon nombre de sujet et de faire entendre la voix de la profession à bon escient et dans la durée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here