Rendre une offre de restauration accessible en DA. C’est l’ambition du Bon Bocal. Le projet de Julien et Antonin qu’ils ont développé sur les bancs de leur école de gestion. Et le projet a grandi pour devenir réalité. Julien Icard son co-fondateur nous en livre les tenants et aboutissants.

Food&Coffee markets : Quelle est la genèse du Bon Bocal ?

Julien Icard : Le Bon Bocal est né sur les bancs de l’école à l’IFAG (institut de formation aux affaires et à la gestion), lors de mes pauses déjeuner je me suis rendu compte que j’étais obligé de me faire moi-même à manger car aucune offre ne répondait à mon besoin. En effet, j’ai toujours aimé bien manger, que ce soit d’un point de vue qualitatif ou nutritionnel. J’ai alors imaginé un concept qui permettrait de répondre à ce besoin tout en prenant en compte les problématiques liées à la pause repas comme le temps disponible qui est passé de 1h30 à 20min en moyenne durant ces 20 dernières années. J’ai ensuite rencontré Antonin et grâce à son expérience en cuisine et à sa créativité tout s’est enchaîné très vite.

F&CM : Manger vite mais sainement, est-ce possible aujourd’hui au travers de vos offres ?

Julien Icard : Tout à fait, c’est exactement ce que nous souhaitons. Nous imaginons nous mêmes les recettes grâce au savoir-faire d’Antonin Parenti, Chef diplômé et en partenariat avec notre diététicienne. Nous sélectionnons des produits frais et nous privilégions des filières BIO et Locales afin de produire en interne tous nos bocaux. Enfin, nous ne rajoutons ni conservateurs ni exhausteurs de goût afin de préserver la santé de nos clients.

F&CM : Considérez-vous Le Bon Bocal comme de la Restauration Rapide Fast & Casual via l’automate ?

Julien Icard : Oui, nous sommes sur un double marché, à la fois la distribution automatique sur lequel nous révolutionnons l’offre actuelle et le deuxième, la restauration rapide sur lequel nous innovons à la fois avec notre mode de distribution et à la fois avec nos produits finis, ce qui nous permet de nous positionner sur le segment haut de gamme.

F&CM : Quelles sont aujourd’hui vos cibles et votre axe de développement ?

Ces informations sont confidentielles mais nous prévoyons une trentaine d’installation d’ici fin 2018 ainsi qu’un élargissement de nos modes de distribution actuels.

F&CM : En quoi votre concept se différencie-t-il des solutions existantes ?

Julien Icard : Nous sommes les seuls à produire 100% des produits que l’on distribue à travers nos automates. Aujourd’hui que ce soit à travers des distributeurs automatiques ou même en point de vente, beaucoup d’acteurs sous-traitent leur production pour des soucis de coûts au détriment de la qualité. Nous avons fait le pari de garder cette production totalement internalisée, nous sommes d’ailleurs actuellement en pleine construction d’un laboratoire alimentaire de plus de 100m² en Seine et Marne afin de répondre aux demandes grandissantes en Ile de France..

F&CM : Pensez-vous votre développement par de la franchise, de la licence ou un développement en propre ?

Julien Icard : Nous réfléchissons actuellement à plusieurs types de développements. Ce qui est sûr c’est que nous privilégierons toujours la qualité de notre produit fini.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here