C’est bien le dilemme que de savoir aujourd’hui ce que la fin d’année nous réserve. En effet le Gouvernement table désormais sur un recul de l’activité de 11% pour 2020. L’effet Covid et la mise en pause de l’économie nationale pendant 55 jours auront impacté sérieusement l’économie. Plus encore, le déconfinement se passe de manière différente entre les zones ultra-urbaines et la « province », entre les activités industrielles et tertiaires. A Paris et sa grande banlieue, les entreprises prennent le temps pour faire retourner les collaborateurs dans les bureaux et certaines n’y prévoient leur retour que courant septembre. Le travail à distance est devenu un nouvel Eldorado et les observateurs s’accordent à dire qu’ il y aura un avant et un après Covid. Si tel devait être le cas, il en sera de même pour les opérateurs de gestion dont le niveau d’activité dépend de la présence des consommateurs sur leurs lieux de ventes. Et ces lieux de ventes ce sont les automates, les solutions OCS qui sont présents dans les offices, les salles de pause… Si seulement une partie des consommateurs se retrouvent au final dans les entreprises, c’est toute la logique économique du vending qui va devoir être repensée, à savoir la densité des automates présents, la fréquence des achats, les offres tarifaires… sans parler du redimensionnement des effectifs opérationnels. Car c’est aussi la santé des sociétés de gestion qui est en réel danger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here