Alors que le marché du café continue sa progression avec en tête de pont les capsules, la problématique du recyclage de ces dernières reste un dilemme dont les consommateurs sont de plus en plus conscients.

Le débat sur la croissance circulaire, outre le sujet des gobelets plastiques, a mis en évidence le sujet des capsules de café qui deviennent une fois consommées des déchets à part entière. Si la Loi n’a pas statué sur ce sujet les industriels comme la grande distribution restent concernés et tentent d’apporter des solutions.

Le marché des capsules de café (single serve) continue sa croissance en France. Il pèse aujourd’hui 1,47 md € soit près de 50% de la valeur totale du marché du café. Les dosettes et autres capsules sont du reste omniprésentes dans les rayons des super et hypermarchés et leur croissance en valeur avoisine 5,6% en 2020 , soit plus du triple de la croissance du marché global. Les Français en pincent donc pour les capsules, mais ils restent aujourd’hui conscients des déchets qu’ils produisent par le fait même de leur utilisation. Une problématique que les industriels cherchent aujourd’hui à résoudre. Ainsi Nespresso, JDE et Nestlé ont fondé l’Alliance pour le recyclage des capsules aluminium récemment, élargissant la logique de création d’une filière initiée par Nespresso.

Lavazza pour sa part est passé aux capsules compostables (acheminées vers des composteurs industriels) suivant les initiatives de Segafredo, Lobodis, Meo…mais Carte Noire comme bon nombre de MDD (24% de PDM) sont encore sur le plastique. Et la France ne dispose pas encore d’une filière nationale organisée autour du recyclage claire et incontournable. Une problématique qui risque de pénaliser la future croissance du marché pour peu que l’argument de la pression écologique se mette à peser plus fort dans les mois à venir. Nespresso a pris les devants et annonces des capsules au bilan carbone neutre d’ici 2022 mais il reste clair que la France va devoir proposer à moyen terme des solutions encore plus claires. C’est vrai pour la grande distribution mais aussi pour la Consommation Hors Domicile compte tenu d’une implication croissante des logiques RSE des entreprises. Des initiatives là encore existent comme les capsules professionnelles compostables (chez Covim par exemple) mais elles restent encore minoritaires. Il semble aujourd’hui urgent pour chacun de travailler autour de la question car si la grande distribution commence à trouver des solutions il est évident que la question va vite se poser pour les solutions professionnelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here