À la tête de BGM-Concept, Benoit Bauduin prend aujourd’hui date avec le marché. Les derniers mois ont été comme pour tout le monde, laborieux compte tenu du défaut d’activité en vending mais BGM Concept continue son déploiement auprès des professionnels du marché. Les nouveaux enjeux autour de l’organisation du travail et le retour au bureau des collaborateurs reste selon lui un levier fort pour accompagner le redémarrage de l’activité.

food&coffeemarkets : Deux ans d’inactivité ne sont pas neutres pour un acteur comme BGM ?

Benoît Bauduin : Nous avons en effet été impacté par ricochet par l’arrêt de l’activité au sein de la plupart des sociétés de vending et en effet, la période Covid a été particulièrement chaotique pour un acteur dédié à l’aménagement de sites via les professionnels. Pour autant, nous avons cherché à accompagner et soutenir nos clients face à l’adversité. Il nous a fallu nous adapter et faire évoluer nos offres et solutions pendant cette période. Nous avons par exemple développé des gammes de protections (barrières de protections salivaires) des environnements DA afin de permettre une continuité de service malgré la contrainte et la mise en place des gestes barrières. Nous avons par ailleurs étendu nos activités vers d’autres professions qui étaient en attente de solutions de protection et de sécurisation des commerces en termes d’hygiène. 

food&coffeemarkets : Les demandes des professionnels ont elles repris ?

B.B. : La volumétrie s’est tarie ces 20 derniers mois sans pour autant disparaître car les dossiers s’ouvrent de manière continue. Aujourd’hui nous constations une accélération des demandes de nos clients gestionnaires qui sont désormais sollicités pour reprendre les dossiers en cours ou laissés en suspens. Je reste persuadé que le courant d’affaires va reprendre son cours normal voire s’accentuer dans les mois et semestres à venir. 

food&coffeemarkets : Vous sentez des besoins nouveaux ou des demandes qui évoluent ?

B.B. : Je crois que la perception des donneurs d’ordre et leurs attentes en termes de services a pris une orientation plus large vis-à-vis des prestations susceptibles d’être proposées aux collaborateurs par la marque entreprise. Il n’a échappé à personne en effet que le télétravail s’insinue désormais au sein d’une réflexion plus large sur l’organisation du travail. La QVT est désormais centrale et devient un des éléments d’appréciation dans le référentiel des collaborateurs. Ces derniers sont non seulement en attente de reconnaissance, de rémunération mais également d’atmosphère et d’aménagement du lieu de travail ainsi que des services associés. La pause-café, la restauration au sens plus large font partie intégrante de ces critères et sont pris en compte par les services généraux comme les services RH qui sont eux aussi de plus en plus soucieux quant à l’accueil et le maintien des collaborateurs en poste. 

food&coffeemarkets : le vending a donc une importance selon vous ?

B.B. : Oui et plus que jamais. Alors que les CE/CSE se sont vu confier le pilotage des offres DA sur des approches de boissons sociales on assiste désormais à un élargissement des critères d’appréciation du vending qui doit, outre ce premier aspect, prendre en compte une dimension de sociabilisation et de convivialité. La machine ne se suffit plus à elle seule, elle est appelée à s’intégrer dans une offre de service plus large, au sein d’espaces de travail et de socialisation pensés comme tels. Cela signifie très concrètement que les entreprises pensent et intègrent le rôle de l’aménagement des bureaux de manière à rendre le lieu de travail plus convivial voire séduisant afin d’inciter les collaborateurs à revenir au bureau. Cela passe comme je le disais par de l’aménagement, du space planning et de fait les lieux de pause sont appelés à devenir stratégiques et à bénéficier d’un traitement spécifique et d’investissements. Les prestataires comme les gestionnaires de distribution automatiques sont dès aujourd’hui sollicités pour proposer des espaces de pauses aménagés, ou à s’intégrer dans cette réflexion. Ils ne sont plus les parents pauvres de cette démarche. Les cafétérias, lounges, cantines intégrées au-delà de la restauration collective fleurissent. Les concepts de coffee corner, de service boissons / restauration automatique voire intégrant une partie de service présentiel sont de plus en plus demandés et appellent des propositions plus travaillées avec de l’habillage mais surtout de l’agencement. Cette tendance est selon moi une vraie opportunité de faire sortir le vending de son simple rôle de prestation sociale pour proposer des solutions agencement, services et produits plus élaborés avec dans certains cas une participation de la marque entreprise dans les solutions mises en place. Le café gratuit n’est plus une singularité, de plus en plus d’entreprises optent pour cette logique. Pour résumer le traitement des espaces de pause va de pair avec la convivialité et la QVT.

food&coffeemarkets : Peut-on parler d’un retournement de tendance et d’une opportunité pour les sociétés de gestion ?

B.B. : Nous ne sommes pas encore dans une démarche systématique et tout dépend encore des clients et de leur typologie. Je constate aujourd’hui que cette démarche est de plus en plus présente dans les entreprises tertiaires voire dans certains cas dans de grands groupes industriels. Nous sommes au début d’une reprise post Covid et il incombe de savoir si elle sera durable. C’est néanmoins une logique qui permet aux professionnels de la gestion de travailler des offres et des propositions où le prix de vente n’est plus le seul critère d’appréciation et où le projet d’implantation compte également de même que les offres et solutions proposées. Nous sommes de plus en plus sollicités dans ce sens et BGM-Concept dispose de fait d’un bureau d’étude à même de travailler des projets aux côtés des gestionnaires afin de leur permettre de réaliser des propositions commerciales innovantes et répondant à cette nouvelle donne. L’agencement est aussi à mon sens un moyen d’apporter une prestation de service dans un espace de pause repensé et contemporain.  

close