Ciao Pierre, au revoir Président.

0
2068

La Distribution Automatique est une famille qui rassemble bien des acteurs. Aujourd’hui cette famille est en deuil car je dois vous faire part du décès de Pierre Albrieux. Pour beaucoup d’entre vous Pierre a été le Président de la Fédération NAVSA, c’était Le Président Albrieux ! Il a marqué ces dernières années au travers des différentes crises que collectivement la profession a dû traverser. Ce fut la problématique de la fin de gobelet plastique, la crise Covid et dernièrement l’inflation. À chaque fois Pierre a su répondre présent avec une énergie et une détermination hors du commun avec le souci d’incarner et d’honorer le mandat qui lui avait été confié au sein de la Fédération.

Il a su prendre la parole lors de conférences de presse face à des journalistes pour qui le gobelet DA en plastique et son alternative papier étaient un non-sens. Plus encore, face à la pandémie Covid 19, Pierre a compris très vite le danger du confinement pour l’ensemble de la profession. Comme toujours, c’est avec une vraie détermination et une volonté impérieuse qu’il a su faire rentrer, à l’aide de ses équipes, la Distribution Automatique dans la liste S1bis lui ouvrant le droit aux aides en tant que profession directement impactée par la pandémie. Son attachement pour le métier l’a enfin conduit il y a un peu moins d’un an à décider que le marché français avait besoin de retrouver son salon professionnel. C’est encore une fois tambours battants qu’il a su en moins de six mois fédérer les bonnes volontés et faire de Paris Vending Show un vrai succès. 

Il avait informé, avec pudeur, les proches qui l’accompagnaient dans ses dossiers, de sa maladie. Il avait tenu à être présent jusqu’au dernier jour du salon et faire en sorte que la Fédération puisse avoir un nouveau bureau non seulement représentatif mais élargi. 

C’était sa motivation que de permettre à Navsa de bénéficier d’une assise et d’une reconnaissance légitime associant chacun autour du Bureau de la Fédération et de ses permanents, lui qui se définissait souvent comme « un petit gestionnaire ». 

Derrière cette image et la perception que l’on pouvait avoir de lui, Pierre Albrieux restait une personne accessible et joviale. Il pouvait être abrupt voire passionné (certains représentants d’industriels pourraient en dire long sur ses emportements, souvent feints, afin de faire passer les bons messages), mais il restait profondément humain. 

Il en va de même pour l’autre grande passion professionnelle qui lui tenait à cœur, à savoir Alfragest sa société de gestion et les collaborateurs qui la composent. Il faisait un point d’honneur à rappeler que « derrière les machines il y a des hommes » et n’oubliait pas ces derniers. Il a du reste su, là encore, jusqu’il y a 15 jours assurer la continuité de l’activité d’Alfragest

Je sais, nous savons tous que la profession lui doit beaucoup. Je sais aussi qu’il a énormément donné à chacun de nous et fait en sorte d’inscrire à chaque fois son action pour le bien commun. C’est rare et d’autant plus honorable. 

Pierre Albrieux a mené « une rude bataille », ce sont les mots qu’il avait employés lors de son ultime interview. Il nous a quittés vendredi dernier. Je tenais à transmettre à son épouse, sa fille et ses proches mes sincères condoléances et leur adresser toutes mon affection ainsi que celles de bon nombre de professionnels. 

Nous n’oublierons pas Pierre, nous saluons le Président Albrieux.

Jean Yves Frantz